Le système TES est prêt pour les réparations de façades des immeubles

L’utilisation d’éléments de façades préfabriqués en bois dans les projets de rénovation des vieux immeubles en béton s’est avérée être une méthode coût efficace et fonctionnelle du point de vue technique. Selon l’architecte Kimmo Lylykangas, la rénovation de l’immeuble d’habitation de Peltosaari (Riihimäki) en habitat passif avec le système TES (Timber-based Element System = Système à éléments à base de bois) est réussie du point de vue technique et économique. " En résultat, on peut dire que le système TES est une alternative très valable et compétitive pour la construction de réparation. Le dimensionnement des éléments, leur installation et l’intégration de la technique CVC réussissent à merveille. Les plus grands défis étaient liés au maintien du confort de l’habitant pendant les travaux de réparation et au développement des pratiques sur le chantier, qui permettent de réduire nettement la durée des travaux et d’améliorer la performance énergétique. " 

Le projet de rénovation de Riihimäki permettra de réaliser des économies de chauffage de 75 pour cent, ce qui pourra être confirmé uniquement à l’issue de la première saison de chauffage. De même, la qualité de l’air intérieur a pu être améliorée grâce à la rénovation du système de ventilation, alors que le niveau d’étanchéité du site a été réparé pour correspondre pratiquement au niveau standard d’une maison à énergie passive. Aussi, selon les habitants, l’isolation sonore et l’aspect architectonique du site ont été rénovés. " À présent, nous sommes à la recherche de nouveaux projets de rénovation d’immeubles à réaliser avec le système TES, ainsi que d’un procédé de réparation industrielle pour les constructions basses ", dit le chef de développement produit de la société Paroc Oy, Jukka Sevon. " Dans la conjoncture actuelle, il serait bon que les grandes entreprises de construction soient mieux orientées vers la construction de réparation. Sur la base des expériences obtenues dans le cadre du projet Innova de Riihimäki, le système TES est utilisable pour les projets de rénovation,  aussi à une échelle plus vaste. "

La rénovation passive de l’immeuble d’habitation à Peltosaari, Riihimäki, est achevée. Le projet a été mis en œuvre avec des éléments préfabriqués en bois au moyen du système TES (Timberbased Element System) qui a été développé en coopération avec les universités. L’université Aalto a participé au projet de recherche dont l’objectif était de développer un procédé de rénovation des façades de bâtiments, basé sur de grands éléments de structure en bois. Le projet de rénovation de Riihimäki a été mis en œuvre comme une partie du projet Innova financé par Tekes (Agence finlandaise pour la technologie et l’innovation), ayant pour objectif de développer le procédé industriel de réparation générale d’un vieil immeuble, ainsi que des solutions structurelles visant un bâtiment à énergie passive.

" Le projet a connu de grandes réussites et de gros problèmes en route ", constate Kimmo Lylykangas.  " Désormais, nous sommes capables de percevoir de manière globale ce qu’il faut prendre en compte dans un projet de rénovation TES. Une part majeure de la phase de conception a été consacrée au dimensionnement des éléments, à leur installation technique et au solutionnement pour assurer le bon fonctionnement. Aucun problème technique lié au nouveau procédé n’a surgi en cours de projet, et les éléments ont pu être idéalement mis en place, car la précision dimensionnelle a pu être réalisée avec l’usinage par laser. L’intégration de la technique CVC était une chose nouvelle au niveau européen, et son développement doit se poursuivre. Les éléments et les canaux de ventilation y figurant ont dû être intégrés dans l’ancien système existant, et ceci a également marché ", estime K. Lylykangas en ce qui concerne la réalisation du projet.

" Bien que le projet a signifié pour tous l’apprentissage de nouvelles choses, nous avons bien réussi à faire de nettes économies d’énergie et obtenir un nouvel aspect architectonique ", assure le chef de développement produit de Paroc Oy Jukka Sevon.  J. Sevon qui a joué un rôle central dans le projet pense que la rénovation permettra de faire des économies d’énergie jusqu’à 75 pour cent. " En Autriche et en Allemagne, on est parvenu à un système TES semblable permettant des économies allant jusqu’à près de 90 pour cent, en portant une attention toute particulière à l’étanchéité."

Selon K. Lylykangas, la réparation des façades des maisons s’est étendue dans la pratique à l’aménagement des espaces verts, des appartements et des cages d’escaliers. " Les plus grands défis liés aux réparations générales n’ont pas touché à proprement parler le système TES et la mise en œuvre de son procédé, mais les problèmes ont surgi essentiellement par rapport à la manière de réaliser les réparations et aux pratiques sur le chantier, alors que les habitants vivaient simultanément dans le bâtiment. En résultat final, on peut dire que le système TES est une alternative très valable pour les travaux de réparation du bâtiment. "

K. Lylykangas évalue que le prix unitaire d’un élément sur le site de Riihimäki est de 170 euros au mètre carré, et qu’il pourrait être réduit de moitié à l’avenir. " Ceci ne permet pas encore d’atteindre le dimensionnement d’une maison à énergie passive, mais une bonne isolation thermique. Un panneau sandwich en béton coûte 180 euros au mètre carré, et je ne pense pas que le béton puisse rivaliser avec les éléments TES à structure en bois dans les réparations de façades. "

La rénovation générale rehausse la valeur des logements

La rénovation Innova a été mise en œuvre dans un immeuble finlandais typique des années 1970 à Riihimäki, dans le quartier Peltosaari, où le parc immobilier dont l’état était déterioré, le quartier était déprécié et la performance énergétique des bâtiments faible. C’est dans ces bâtiments des années 1970 que se trouve le plus grand potentiel d’économies d’énergie en Finlande.

K. Lylykangas rappelle que le projet est parvenu à réaliser les objectifs en matière d’économie d’énergie, étant donné que les critères de l’habitat passif ont été atteints. " 75 pour cent d’économie est d’une grande importance aussi au niveau économique. De plus, il faut se souvenir que la valeur du bâtiment est rehaussée, la qualité de l’air intérieur améliorée, le déplacement sans obstacle facilité et l’aspect architectonique rénové. "

K. Lylykangas considère que le système TES est prêt pour être utilisé de manière plus élargie. " Il faut toutefois continuer de développer le système et il faut appliquer au système TES, les meilleures pratiques de travaux de tuyauterie. La relation nouée avec les habitants pendant les travaux est importante, et pour cette raison, il faut qu’il y ait un maître d’ouvrage pour les habitants. Vider les bâtiments le temps des travaux permettrait de raccourcir le temps de réalisation des travaux jusqu’à 2-3 mois. "

" Par la suite, dans ce genre de projets de rénovation, on aura besoin d’entrepreneurs de direction de projet qui seront prêts à assumer la responsabilité globale des projets de rénovation ", souligne J. Sevon. " Nous avons désormais besoin avant tout de connaissances sur les possibilités du système TES dans les réparations générales pour améliorer la performance énergétique. Les concepteurs, les fabricants de matériaux et de composants, ainsi que les constructeurs doivent examiner les projets de rénovation comme une entité de manière à proposer des solutions globales et non pas des éléments de projets de rénovation. "

Le système TES est prêt pour les marchés de la construction de réparation

K. Lylykangas estime la fonctionnalité technique du site de Riihimäki réussie, mais il a noté des points à améliorer dans les pratiques des chantiers. " Alors que maintenant, la réalisation du projet n’a pris qu’un an, elle pourrait se dérouler en six mois, si l’installation des éléments était mise en oeuvre par deux groupes de montage expérimentés. Il serait souhaitable que parmi eux, un entrepreneur se spécialise dans le montage des éléments TES, car la période des travaux pourrait être alors nettement réduite, si un entrepreneur expérimenté accomplissait le projet et que des groupes de chantier compétents se chargeaient de l’installation. "

J. Sevon est d’opinion que la logistique des éléments et les pratiques de chantier devraient être plus efficaces et plus flexibles. " Il serait une bonne chose que l’entrepreneur puisse indiquer le même groupe de montage pour installer les éléments, c’est ainsi que l’apprentissage se ferait et les travaux seraient plus rapides alors que les travaux de démolition et d’installation des nouveaux éléments auraient lieu de manière flexible. Pour cela, la formation des employés et l’engagement par rapport à l’utilisation du système sont nécessaires, et une entreprise de construction pourrait alors se spécialiser dans les travaux de rénovation à réaliser avec des éléments TES. Aussi, le fournisseur d’éléments pourrait prendre la responsabilité de leur installation ; ainsi, ces éléments pourraient être disponibles de manière encore plus flexible de l’usine jusqu’au mur de pose. "

Sur la base des expériences issues du site de Riihimäki, le système TES  a généré un tel intérêt qu’au moins trois consortiums d’entreprises ont été fondés, spécialisés dans la construction dans la performance énergétique et la construction de réparation des façades. " Il est une bonne chose que les travaux de réparation générale et de façades sont proposés par plusieurs constructeurs, car ceci permet la mise en concurrence des promoteurs immobiliers. Du point de vue du nouveau système, ceci est également une question de crédibilité ", dit K. Lylykangas.

" Les entreprises finlandaises auraient aussi beaucoup à donner dans le domaine de la conception et de la mise en oeuvre des réparations générales et des façades, aussi à l’étranger. Par exemple, en Suède dans les années 1970 a été réalisé le "programme million " dont l’objectif était de construire dans les dix années à venir un million de logements. Ces logements comme en Finlande sont des immeubles en béton qui doivent maintenant subir des travaux de réparation générale. Nous sommes probablement un peu à l’avance de la Suède dans l’application de la préfabrication."

La construction en bois légère permet d’ajouter des étages additionnels

Outre la performance énergétique et la fonctionnalité technique, K. Lylykangas voit dans le système TES aussi des possibilités architectoniques. " Les possibilités architectoniques de la construction de réparation n’ont pas encore été étudiées. Le système offre de nombreuses possibilités et dans les nouveaux sites de réparation, il sera possible à l’avenir de montrer comment l’aspect d’un vieux bâtiment pourrait être entièrement rénové. On aura besoin pour cela de projets de continuation, car il existe un énorme potentiel dans la construction de rénovation. Nous disposons des compétences techniques. À présent, nous avons besoin de sites icônes offrant suffisamment de défi où une bâtisse vraiment laide puisse être rénovée en une superbe construction. "

Selon J. Sevon, on recherche à présent des projets de rénovation d’immeubles à réaliser avec le  système TES, et on essaye de trouver un procédé industriel de réparation pour les constructions basses. " Dans la conjoncture actuelle, il serait bien que les grandes entreprises du bâtiment s’orientent davantage vers la construction de réparation. Sur la base des expériences obtenues par le projet Innova à Riihimäki, le système TES est utilisable pour la réalisation de projets de rénovation aussi à une grande échelle. Ceci figurait également parmi les objectifs des financeurs du projet des organismes Tekes, Sitra et Ara. IL ne vaut pas même la peine de songer à démolir les vieux immeubles en béton ; à la place, il fait poursuivre le développement du système, aussi pour l’export. "

Les éléments TES permettent aussi de rajouter des étages supplémentaires et de construire des gaines d’ascenseurs. " Il est possible de superposer plusieurs étages supplémentaires grâce aux éléments en bois légers. Les étages additionnels peuvent être intégrés au vieux bâtiment, et le rendre le plus discret possible, ou des travaux supplémentaires peuvent être faits de manière à ce que les étages additionnels se distinguent ", décrit K.  Lylykangas. " À l’avenir, les conditions concernant les travaux supplémentaires viendront du dimensionnement de la construction urbaine comme les questions liées au stationnement ou aux abris de la population, ainsi que de l’harmonisation du rehaussement des bâtiments avec l’environnement. Il faut garder à l’esprit les exemples précédents de rehaussement des bâtiments dans le centre-ville de Helsinki,  car on ne les identifie pas forcément si l’on ne connaît pas l’histoire des bâtiments. "

Service de rédaction d’articles de Puuinfo / Markku Laukkanen

En savoir plus :

Kimmo Lylykangas, architecte, tél. : +358 9492 219
E-mail: kimmo.lylykangas@arklylykangas.com

Jukka Sevon, chef de développement produit, +358 400 450416,jukka.sevon@paroc.com