Mme Kiuru, ministre finlandaise du Logement: De grosses dettes de réparations à payer dans les vieux immeubles

La ministre du Logement, Krista Kiuru, estime qu’en Finlande, une grande partie des immeubles construits dans les années 1960 et 1970 qui vieillissent devraient être réparés afin d’améliorer la performance énergétique. " Nous avons accumulé une immense dette de réparations dont nous devons nous acquitter. Nous y perdrions à ne pas réparer ces bâtiments pour y gagner en une meilleure performance énergétique ", dit K. Kiuru. " Les sites pilotes mettent en évidence que la consommation d’énergie des vieux immeubles peut être réduite au moyen de solutions de construction coût-efficaces. "

K. Kiuru pense que les investissements requis pour ces réparations énergie seront vite amortis avec des intérêts multipliés au profit des habitants et des propriétaires immobiliers, alors que l’on pourra, dans une perspective de longue haleine, vivre selon des frais nettement moins élevés. K. Kiuru voit dans la construction de réparation davantage d’opportunités de croissance et d’emploi que dans la construction du neuf. " Dans la situation économique actuelle, nous pouvons aussi songer à des mesures de politique conjucturelle permettant d’accélérer ces travaux de réparation.  À présent, nous avons besoin de nous spécialiser dans la construction de réparation, de mettre en oeuvre les meilleures pratiques au gré de la formation et des sites pilotes, afin de réparer de la manière le plus coût efficace possible les grandes zones d’immeubles."

Les exigences en matière de performance énergétique sont entrées en vigueur début juillet. Selon la ministre du Logement Krista Kiuru, le travail préparatoire relatif aux ordonnances portant extension en ce qui concerne l’énergie du parc immobilier existant est en phase de consultation, et pratiquement prête. "L’objectif est que le Parlement traite du projet de loi relatif aux exigences en matière de performance énergétique de la construction de réparation à l’automne, et qu’il entre en vigueur à partir de début 2013 ", dit K. Kiuru.

K. Kiuru rappelle qu’en arrière-plan des objectifs de performance énergétique se trouvent les objectifs fixés par l’UE en matière de politique climatique et énergétique." Sur toute la zone de l’UE, la construction du neuf et de réparation va entrer dans le champ d’application des réglementations en matière d’énergie, et nous mettrons en œuvre les mêmes instruments politiques."

L’écologie et les émissions zéro prennent de l’importance dans la construction du futur

La part de la construction et de l’habitat dans les émissions se situe à environ 40 %, c’est à dire, davantage que celle de l’industrie ou du trafic. Étant donné que le parc immobilier de la construction neuf se renouvelle selon un coefficient d’environ 1,5 par an, il est très important de prendre des mesures pour améliorer la performance énergétique aussi pour le parc immobilier déjà existant. « La sagesse en matière d’énergie et l’écologie prendront une plus grande importance dans la construction du futur. Nous avons intérêt à nous préparer soigneusement à la mise en œuvre des nouvelles ordonnances relatives à la performance énergétique. La performance énergétique et la conception du cycle de vie doivent s’étendre à l’ensemble du secteur de la construction : de l’utilisation des sols et de l’aménagement du territoire jusqu’aux travaux publics, et à la construction de réparation, ainsi qu’à la totalité de la production de logements ”, estime K. Kiuru. " La sagesse énergétique signifie également l’augmentation de l’utilisation du bois dans la construction, évalue K. Kiuru. La construction en bois doit être intégrée dans la politique climatique, et c’est la raison pour laquelle nous avons à présent besoin de nouvelles grandes ouvertures dans le domaine de la politique climatique."

K. Kiuru est d’avis que les réglementations en matière d’énergie des bâtiments seront bien plus strictes dans une dizaine d’années qu’à l’eure actuelle. " À présent, il faudrait commencer par rénover la politique de l’utilisation des sols et de l’aménagement du territoire, car ceci prend énormément de temps. À l’avenir, on pourra entreprendre de grands sites de construction sur de toutes nouvelles bases ”, visionne K. Kiuru.

K. Kiuru rappelle que chacun doit prendre en compte la performance énergétique des bâtiments aussi bien dans la construction neuf que de rénovation, car ceci permet de faire d’importantes économies de consommation d’énergie et d’alléger la facture du consommateur. "Des coûts d’énergie moins élevés est ce qui motive le consommateur, et la raison pour laquelle il vaut la peine de construire et de réparer selon des critères de performance énergétique et de coût-efficacité. Les investissements sont amortis avec des intérêts multipliés lorsque l’on peut, à long terme, vivre selon des coûts nettement moins élevés. De nos jours,  personne n’achète de machine de base sans savoir quelle est sa consommation d’énergie. De la même manière que les consommateurs devraient exiger des logements performants en énergie ", dit K. Kiuru.

Selon Mme la Ministre K. Kiuru, le Gouvernement devrait donner une orientation claire à la construction du futur. Les facteurs écologiques et les émissions zéro y prennent une place importante. Selon les études menées, le bois est un matériau supérieur du point de vue écologique et de la comparaison de la durée du cycle de vie. ”Alors que les réglementations en matière de sécurité incendie ont été renouvelées, nous avons de bien meilleures chances de renforcer l’utilisation du bois dans la construction des immeubles, estime la ministre K. Kiuru. La construction en bois convient au paysage spirituel des Finlandais, son utilisation dans la construction de logements est raisonnable du point de vue écologique et socio-économique. C’est la raison pour laquelle, l’objectif n’est pas de se contenter d’un bas niveau dans la construction en bois, mais d’essayer de rattraper l’avance prise par la Suède, ” encourage K. Kiuru.

La constructuction de réparation donnera du travail pour longtemps à l’industrie du bâtiment

L’objectif du programme gouvernemental de J. Katainen est d’améliorer la performance énergétique de la construction et de viser une construction à émission pratiquement égale à zér,  d’ici 2020. Le but est de définir les possibilités de réduction des émissions du parc de la construction et de renforcer la construction performante en énergie, la formation en construction de réparation et la recherche dans le domaine. De plus, un plan global sera dressé sur l’augmentation des mesures de réparation du parc de construction et sur la promotion des pratiques et innovations dans le bâtiment.

"´Étant donné qu’en Finlande, une grande partie des immeubles ont été construits dans les années 1960 et 1970, nous avons accumulé une grosse dette de réparations. Nous n’avons pas les moyens de les laisser sans réparations en faveur d’une meilleure performance énergétique ", rappelle K. Kiuru. "Les projets pilotes menés prouvent que la consommation en énergie des vieux immeubles peut être nettement réduite par une construction de réparation visant l’efficacité énergétique."

K. Kiuru voit que la construction de réparation offre davantage possibilités de croissance et d’emploi que la construction neuf. " Nous avons besoin de croissance et d’emplois dans le secteur du bâtiment. Il y aura beaucoup de travail et pour longtemps pour l’industrie du bâtiment dans la réparation énergie massive du parc de la construction ", réfléchit K. Kiuru. " À présent que nous avons réalisé des projets pilotes réussis, par exemple à Riihimäki, Peltosaari, la construction de réparation doit largement exploiter l’efficacité énergétique. À présent, nous avons besoin de spécialisation , de formation et de sites pilotes de construction de réparation, ainsi que des meilleures pratiques pour pouvoir réparer de manière le plus coût efficace possible les grandes zones d’immeubles."

Le secteur public doit se prononcer en faveur de la construction de réparation

Dans le secteur du bâtiment, des mesures de récompense sociales et des projets de construction de réparation du secteur public sont attendus pour accélérer la réparation de construction. " Il faut désormais évaluer quelles exigences et instruments peuvent êtres fixés dans le choix des matériaux de la construction publique, afin qu’elle serve de phare pour la construction performante en énergie ", commente K. Kiuru sur les attentes par rapport au secteur du bâtiment. " La nouvelle législation prend comme point de départ que la construction publique figure de pionnière alors que le carnet de route du bâtiment vise à la construction atteignant l’émission presque zéro."

Dans cette période de croissance économique ralentie, K. Kiuru voit également des possibilités d’accélération de la construction de réparation par des mesures de l’État. "À présent, alors que la croissance est moins rapide que l’on ne l’espérait, nous pouvons aussi envisager des mesures de politique conjucturelle pour accélérer la réparation de construction ", confirme K. Kiuru.  "En ce qui concerne les objectifs de politique énergétique, la réparation du parc immobilier existant dans un objectif de performance énergétique représente une grosse affaire. "

Selon K. Kiuru, les entrées au programme gouvernemental doivent être interprétées de telle manière que la société privilégie au moyen de ses propres instruments des alternatives moins onéreuses en ce qui concerne leurs impacts environnementaux. " Les ordonnances doivent prendre position, à savoir si la construction neuf et de réparation sont traitées de la même manière. Les exigences en matière de performance énergétique déboucheront sur des choix de matériaux et de chauffage encore plus précis. Ces points sont des questions centrales liées aux objectifs énergétiques et climatiques du bâtiment qui seront abordés durant le présent mandat. Espérons que tout le monde fera preuve de suffisamment de volonté politique. "espère K. Kiuru.

Service de rédaction d’articles de Puuinfo / Markku Laukkanen

En savoir plus :

Krista Kiuru, ministre du Logement, t. +358 9 1603 9304, krista.kiuru@ymparisto.fi

Asistanrityisavustaja Jouni Parkkonen, t, +358 40 176 1304, jouni.parkkonen@ymparisto.fi